Processus de création des tableaux

Toutes les techniques me passionnent (toiles montées à la main, émail, dorure, techniques mixtes, huile, pastels) et l’exigence d’intégrer les règles de l’héritage de la peinture classique (composition au nombre d’or, théorie des couleurs) à l’impératif de l’image contemporaine est un défi qui me comble et me nourrit.

De ce fait, l’usage des grands formats, l’inachèvement et la frontalité qui se sont imposées naturellement font entrer les compositions dans la modernité.

Voici un aperçu des matériaux que j’utilise et j’affectionne.

Très exigeante sur la qualité des matériaux pour la tenue des toiles et la beauté des coloris, et aussi par envie de travailler de belles matières, mes fournisseurs fétiches sont :

  • Marin Beaux-Arts pour les châssis et les toiles en lin ;
  • Pastels secs Rembrandt et pastels à l’écu Sennelier ;
  • Huiles extra-fines choisies chez différents fournisseurs en fonction de leur tradition d’excellence (ex : bleus chez le français Sennelier, jaunes et rouges chez le flamand Blockk, terres et verts chez l’italien Lefranc-Bourgeois) ;
  • Pinceaux en poils de marte Raphaël ou Green and Stone (une vieille boutique d’art en plein cœur de Londres, un vrai bonheur !) ;
  • Les pigments purs, utilisés notamment pour la tempera, viennent de chez Sennelier.

Je me fournis en feuilles d’or auprès de la maison Dauvet, seule entreprise de batteurs d’or installée en France, et qui perpétue un savoir-faire familial d’excellence depuis 1834. Leur nuancier compte 15 ors différents en passant par l’or Perse, l’or ½ jaune vif ou l’or Ripaille.

Une fois un projet déjà bien en tête, j’entoile moi-même le châssis, parce que j’aime ça!, et aussi parce que cette phase de préparation m’est indispensable pour me familiariser avec le format et m’imprégner en profondeur de mon sujet.

Quelques couches de gesso plus tard, je peux commencer la peinture en elle-même par un fond coloré et vibrant qui va me servir de support et sur lequel je vais pouvoir jouer en transparences lorsque je peindrai mon sujet principal.

Après cette étape, je procède au dessin.

Quand la peinture est à peu près achevée et sèche en surface, commence, sur plusieurs semaines, la longue mais très belle étape de la pose des glacis, ces couches transparentes colorées qui vont rosir des joues, velouter une carnation, réchauffer un vêtement, rendre un fond plus chaud ou plus lointain. J’affectionne beaucoup ce procédé car il donne une peinture beaucoup plus subtile, légère et poétique !

Ainsi ayant partagé avec vous mon processus de création, j’espère vous avoir permis de rentrer un peu plus dans mon univers…